« L’Histoire à venir » : les journées de l’histoire à Toulouse

Publié le par
virginie
couv_1492521347080-jpg
Du 18 mai 2017 au 21 mai 2017

L’événement « L’histoire à venir » est née grâce à l’initiative de la librairie Ombres Blanches, du Théâtre Garonne, des équipes de recherche de l’Université Toulouse-Jean Jaurès et des éditions Anacharsis, avec le concours du CRL Midi-Pyrénées.

Réengager le savoir, mettre la recherche en lumière, renouer le dialogue citoyen avec le passé et l’histoire, renforcer le pacte entre la démocratie et la connaissance : voilà l’ambition de « L’histoire à venir ».

Pour cette première édition : 
60 invité(e)s, chercheurs, écrivains, artistes
65 événements
15 lieux dans toute la ville

Du 18 au 21 mai, 65 événements sont proposés dans toute la ville.
Pendant quatre jours, de midi à minuit, des historiens, des philosophes, des chercheurs en sciences sociales, des écrivains et des artistes viendront partager leurs idées et leurs recherches à travers conférences, ateliers, échanges et mises en récit originales et inventives. En venant à la rencontre de toutes et de tous, dans différents lieux de la ville, ils feront de « L’histoire à venir » la vitrine et le creuset des nouvelles façons d’écrire l’histoire, pour que les possibles du passé ouvrent les manières de penser et de construire les possibles de l’avenir.

Pour cette première édition, 60 intervenants seront présents, dont notamment l’historien Patrick Boucheron, Roger Chartier, Robert Darnton, mais aussi Dominique Cardon, Patrick Cabanel, François Bon, Mona Ozouf et bien d’autres !

Trois thématiques

Les journées se structureront autour de trois thématiques :

  1. « Écrire l’histoire » :
    Pour écouter et questionner les chantiers actuels et futurs de l’histoire mais aussi pour en montrer la fabrique, nous débattrons des manières d’écrire l’histoire et de la raconter pour mieux la penser. Tous les récits ne se valent pas. Si le savoir n’est jamais définitif et doit être questionné, son élaboration répond à une méthode et à une démarche scientifique qui réinterrogent les sources – archivistiques et archéologiques, écrites et orales, iconographiques et audiovisuelles – et intègrent de nouvelles découvertes ainsi que les apports d’autres disciplines, l’art, la littérature ou les sciences de la nature. C’est cette chimie complexe que nous vous invitons à venir découvrir.
  2. « Histoire et démocratie » :
    L’histoire a toute sa place dans le débat politique et doit nous aider à interroger et comprendre les questions contemporaines. Loin d’être un récit figé et nostalgique, elle rappelle constamment les débats du passé et les futurs possibles.
    Ainsi, les chercheurs seront invités à se positionner sur « ce que peut l’histoire » aujourd’hui. Comment détecter les lignes de force, de faille ou de fuite du présent ? Que devient l’histoire, en tant que métier, approche et méthode ? Comment la transmettre aux générations à venir ? Comment s’inscrit-elle dans le pacte entre la démocratie et le savoir ?
  3. « Du silex au Big Data » :
    un thème pionnier, au cœur de l’actualité : la question des données, des vestiges et des archives, autant de traces que nous laissons. À partir de celles-ci, des bases de données numériques immenses (Big Data) sont aujourd’hui en train d’être constituées. Comment sont-elles produites et rassemblées ? Où sont-elles stockées et par qui ? Qui les utilise et dans quel but ? En quoi la compétence critique des historiens, dont le travail consiste précisément à faire parler les traces et les données, peut-elle aider à mieux comprendre les enjeux du Big Data ? En faisant ainsi dialoguer archives du passé et présent numérique, méthode historique et débat citoyen, nous réfléchirons à ce que sont véritablement les données et à ce que l’on peut en faire.

Quelques rendez-vous, parmi tant d’autres,
qui n’attendent que vous :

* Conférence/Rencontre  « 14 juillet 1789, Ecrire la Révolution » avec Eric Vuillard à la Reynerie (TO7), samedi 20 mai à 14h00 (+ d’infos)

* Atelier « Archives Ouvertes : les dossiers de naturalisation des Archives Départementales », avec Anne Goulet, Françoise Petit-Lourdou, Nathalie Regagnon, Jack Thomas, aux Archives départementales de Haute Garonne, Samedi 20 mai, 15h00 (+ d’infos)

* Labos d’Histoire « L’histoire de France, si loin si proche », François-Xavielle Fauvelle, Antoine Lilti, Mélanie Traversier, Espace Roguet Samedi 20 mai 15h30 (+ d’infos)

* Rencontre autour du « Dictionnaire des féministes », Sylvie Chaperon/Isabelle Lacoue-Labarthe, Librairie Floury Frères, Samedi 20 mai, 17h30 (+ d’infos)

* Conférence « L’avenir des sciences humaines », Ivan Jablonka, Théâtre Garonne, vendredi 19 mai, 19h00 (+ d’infos)

* Conférence « Tianjin Cosmopolis, Une autre Histoire de la mondialisation », Pierre Singaravélou, Librairie Ombres Blanches, dimanche  21 mai, 11h00 (+ d’infos)

Pour en savoir plus

Le programme du festival

Entrée libre et participation nécessaire

Bandeau

 

 

 

 

Le programme du festival

Haut de page