Master classe « Que fait le corps aux mots ? Que font les mots aux corps ? »

Publié le par
virginie
desbrusses-photo
Le 20 janvier 2018
18h00

« Que fait le corps aux mots ? Que font les mots aux corps ? Si les mots affectent les corps (ne le font-il pas ?) qu’écrire, le sachant, que donner à lire, le sachant ? »

Auteure de romans, pièces radiophoniques, d’essais et de poésie, en 2012, Louise Desbrusses adapte et interprète la partition chorégraphique de la chorégraphe américaine Deborah Hay, pour le festival Concordan(s)e. La question qui conduit l’auteure à rencontrer (physiquement) l’approche de la chorégraphe américaine est celle qui a traversé ses trois essais sur le corps et l’écriture publiés par la revue Inculte : quelle est la performance de l’écrivain dont le texte est la trace ?

La partition que transmet Deborah Hay est un texte, un texte avec très peu d’indications de mouvements, très peu de dessins. Ce texte presque abstrait qui pourtant met en mouvement le corps d’une manière très particulière (une danse dans laquelle l’esprit est très présent) conduit Louise Desbrusses à se poser la question : la partition chorégraphique, est-elle un genre littéraire ?

Les questions conduisent – dans le meilleur des cas – à de nouvelles questions. Et pour Louise Desbrusses à une conférence dansée, sous forme de question, bien sûr : Le corps est-il soluble dans l’écrit ? Créé en 2013 dans le cadre du Cabinet de curiosité du Phénix-scène nationale de Valencienne, cet essai en mouvements et en mots tire les fils de son voyage entre gestes et textes et retour. Entre son corps d’écrivain d’apparence immobile et pourtant si vivant et son corps de performeuse en mouvement qui devient, le temps d’une performance, livre lui-même, à lire de tout son corps.

Master classe le 20 janvier 2018

Samedi 20 janvier 2018, elle anime une Master classe de 10h à 17h au Studio Bagouet du Centre Chorégraphique National (CCN) ICI de Montpellier.

Le corps est-il soluble dans l’écrit ? conférence dansée, sera le point de départ de cette Master classe d’une journée, qui fera rentrer les participants dans l’atelier de fabrication de l’auteure et artiste de performance, en alternant des temps de lecture de ses textes, de présentation de son parcours et de ses créations, des temps d’échanges avec les participants et des temps de pratique collective.

Louise Desbrusses abordera les liens entre geste et texte et sa recherche sur la partition comme passerelle entre écriture et performance. Elle partagera ses outils (dont l’écriture de partition) et son approche de la performance (présence et improvisation) : qu’est ce qui émerge quand on fait corps avec soi ? Comment habiter le présent ? Comment partir de son mouvement, sa présence, sa vie, sa chorégraphie propre pour écrire des textes à lire ou danser ? etc.

Modalités d’inscription

Cette Master classe est ouverte à 20 participants : auteurs, étudiants, professionnels de la culture.

Elle est gratuite mais sur inscription en ligne avant le mardi 16 janvier 2018
Remplir le formulaire d’inscription en cliquant ici

A prévoir :
-Vêtements confortables pour s’asseoir à même le sol, et bouger sans être gêné.e. Prendre si besoin un coussin, pour le confort. Apporter également de quoi prendre des notes et écrire (carnet) ainsi qu’un ordinateur (ou tablette).
-Pique-nique et eau pour le déjeuner. Nous prévoyons une heure de pause déjeuner à partager ensemble pour un moment convivial.

Louise Desbrusses

Louise Desbrusses est l’autrice de deux romans, L’argent, l’urgence (2006) et Couronnes Boucliers Armures (2007) publiés chez P.O.L, ainsi que d’une pièce radiophonique, Toute tentative d’autobiographie serait vaine, trame sonore (France culture en 2008), de poésies et autres textes courts. En 2012, elle adapte et danse I think not, chorégraphie de Deborah Hay (Festival Concordan(s)es – Bagnolet). Le corps est-il soluble dans l’écrit ? conférence dansée créée en 2013 au Phénix-scène nationale de Valenciennes, a été programmée depuis dans plusieurs festival de littérature (Lodève, Bordeaux), des centres d’art (Cajarc, la Maison rouge, Mouans-Sartoux) ou centres chorégraphiques (Belfort) et mais aussi dans des lieux atypiques comme les ateliers municipaux de la commune de Sénéchas (Gard), le Dojo de Saint-Symphorien, la petite librairie des champs de Boulbon, etc. Le corps est-il soluble dans l’écrit ? est publié en janvier 2017 dans la collection pulsar, de Principe d’Incertitude. Son prochain texte est en voie d’achèvement.
> Sa fiche auteur

Colloque international « Ceci est mon corps »

Cette Master classe est proposée en amont du colloque international « Ceci est mon corps » – La performance d’écrivain : spectacle, stratégie publicitaire et invention poétique, proposé par le laboratoire RIRRA21 de l’Université Paul Valéry Montpellier 3 et la Maison des Ecrivains et de la Littérature (MEL) du 31 janvier au 2 février 2018.

Festival de lectures performances : le programme sera diffusé prochainement.

Mercredi 31 janvier 2018 : journée de 9h à 18h15 dans l’auditorium du Site Saint-Charles de l’Université Paul Valéry Montpellier 3 (Place Albert 1er) et à partir de 20h soirée de performances au Théâtre de la Vignette à Montpellier (avenue du Val de Montferrand).
Jeudi 1er février 2018 : journée de 9h à 18h15 et à partir de 20h soirée de performances au CDN HTH de Montpellier (Domaine de Grammont).
Vendredi 2 février 2018 : journée de 9h à 17h30 dans l’auditorium du Site Saint-Charles de l’Université Paul Valéry Montpellier 3 (Place Albert 1er).

Avec entre autres Claude Eveno, Pierre Alferi, Nathalie Quintane, Enzo Cormann, Christophe Fiat, Jean-Christophe Bailly, Jérôme Game, Alban Lefranc, Louise Desbrusses, Muriel Pic, David Christoffel, Christian Prigent, Jean-Pierre Bobillot, Thomas Clerc, Olivia Rosenthal.

Partenaires

Cette masterclass est proposée par Occitanie Livre & Lecture, avec le soutien de la DRAC Occitanie, de la Région Occitanie, du Département de l’Aude, de la Maison des Ecrivains et de la Littérature (MEL), en partenariat avec le CCN-ICI, l’Université Paul Valéry Montpellier 3, le laboratoire RIRRA21, le Département Arts du spectacle et cinéma, la librairie L’Ivraie, dans le cadre de la Nuit de la lecture.

Haut de page