Rencontre avec Laurent Cauwet autour du livre « La domestication de l’art ».

Publié le par
Terra Nova
Image de présentation de l'évènement
Le 18 janvier 2018
de 19h00 à 20h30

La culture – le ministère de la Culture, mais pas seulement – est devenue une entreprise, explique Laurent Cauwet. Les poètes et les artistes sont ses employés, qui ont des comptes à rendre à leur employeur : la prolétarisation des savoir-faire de l’art et de la pensée oblige à pratiquer avec plus ou moins de subtilité l’autocensure et le formatage des oeuvres commandées. L’entreprise culture, qui prône un humanisme universel, va exporter le bon art et la bonne parole dans les quartiers populaires pour éduquer la plèbe, celle qui n’a pas les bons codes et qui n’est pas encore docile.

Le mécénat privé est l’autre face de l’entreprise culture : Vuitton et son cadeau aux Parisiens, le « grand oiseau blanc » au bois de Boulogne ; Benetton et son projet « Imago Mundi », collection d’oeuvres commandées à des artistes du monde entier, mais pas aux ouvrières d’Asie, d’Afrique et d’Europe de l’Est qu’il exploite, ni aux indiens Mapuches de Patagonie qu’il chasse de leurs terres ; Lacoste et la fondation Cartier qui refusent que l’on parle de la Palestine dans leurs manifestations : la culture comme promotion de marques est elle aussi une mécanique de pacification efficace et rentable.

Librairie Terra Nova
18 rue Gambetta
31000 Toulouse
Tél : 05 61 21 17 47
www.librairie-terranova.fr

Haut de page