Sortir de nos médiathèques pour faire connaître nos services avec l’espoir fou, mais pas totalement irréel, de voir un jour de nouveaux publics franchir le seuil de nos établissements tel est le programme automnal des mousquetaires de TabEnBib. Logiquement nous avons ciblé les Salons du livre régionaux. Gaillac et Toulouse ont donc vu éclore leur espace numérique avec au programme présentation des tablettes et liseuses, présence d’éditeurs, animations, conférences.

En terme d’organisation la recette est simple. N’oublions pas qu’il s’agit ni plus ni moins de prolonger des actions que nous menons au quotidien dans nos structures.

  • Convaincre les organisateurs de l’intérêt de la chose, d’autant plus facile quand vous êtes l’organisateur ;-)
  • Constituer au sein des médiathèques une équipe de volontaires et il y en a. Merci à mes collègues de Tarn & Dadou pour leur participation efficace et joyeuse au Salon de Gaillac.
  • Avoir une signalétique digne de ce nom avec les mots MEDIATHEQUE et NUMERIQUE en haut de l’affiche. Vous évitera d’avoir à préciser à chaque phrase que vous n’êtes pas des vendeurs de machines.
  • Proposer un coin cosy où les usagers puissent tester et manipuler. A ce jour aucune perte à signaler.
  • Aimer échanger, argumenter afin non pas de convaincre mais d’expliquer une démarche de service public comme  le préconise Monsieur de L’UNESCO.

Le tout donne des échanges riches et conviviaux avec un public de tout âge, curieux et intéressé. A ce jour personne ne nous a traité de fossoyeurs du livre papier. Nous n’irons donc pas en enfer!

  • Beaucoup de questions du public adultes sur la liseuse, ses fonctionnalités (grossir les caractères, encre numérique, capacité de stockage) et le téléchargement des livres numériques.
  • Sans surprise le public enfants et ados se tournent prioritairement vers les tablettes. Nos  applications pour la jeunesse ont eu un beau succès.

Le  réel intérêt du public sur notre démarche, les discussions que nous avons eu sur notre rôle de médiateur vis-à-vis des ressources numérique sont la preuve que ce type de service a toute sa place en médiathèque. Mais nous savons que le plus difficile reste à faire, à savoir sortir de l’expérimentation pour offrir des services pérennes qui s’associeront pleinement à l’ensemble des offres que nous proposons au quotidien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« »