Liseuse dans son petit sachet

J’ai toujours manqué d’imagination pour les introductions un peu rigolotes et « aguichantes ». On va donc faire comme si je venais de vous proposer l’introduction du siècle.

Aujourd’hui, on va parler du circuit de prêt des liseuses.

En achetant des liseuses, j’imaginais bien qu’il y aurait quelques bricoles techniques à faire ou à vérifier sur les machines entre chaque prêt, mais j’avoue que je n’en avais qu’une vague idée. La période de médiation envers les collègues m’a été extrêmement utile à ce niveau-là.

Résumons pour ceux qui n’auraient pas lu l’article : chaque collègue a eu l’obligation de tester la machine, de se retrouver en « tête-à-tête » avec elle. L’objectif n’était pas de les contraindre à apprécier ce mode de lecture, mais uniquement de les inciter à émettre un avis personnel résultant d’une vraie pratique de la lecture numérique. J’avais alors téléchargé des textes courts pour qu’ils puissent lire au moins un texte en intégralité.

Cette période de médiation pour les collègues m’a permis de faire une première évaluation sur les besoins et les « risques » du prêt de liseuse :

  • Dans quel état rentrent les machines après toutes les manipulations – plus ou moins douces – des nouveaux « lecteurs-numériques » ? Sont-elles régulièrement bloquées, par exemple ?
  • Doit-on les prêter avec ou sans câble USB ? Est-ce que la batterie tient le choc ? Est-ce que les « testeurs » essaient de télécharger d’autres titres sur les machines ?
  • Les tutoriels et les questionnaires sont-ils adaptés (aux usagers et aux attentes des professionnels) ?
  • Doit-on « packager » ce prêt ou peut-on prêter le matériel « en vrac » ?

Il n’y a certainement pas de solution miracle, mais j’ai décidé de laisser sortir les machines avec les câbles même si la batterie tient bien le choc. Les collègues n’ont pas essayé de télécharger – quelques-uns m’ont demandé s’ils avaient le droit de le faire, je le leur ai déconseillé, le but de la « manœuvre » n’étant pas celui-là –, certaines liseuses sont revenues bloquées à cause du syndrome : « J’appuie partout avec mon doigt juste pour voir ». Mais dans l’ensemble, tout s’est bien passé. Ça m’a permis de voir l’étendue des petits bobos qu’il faudrait gérer. Je suis partie du principe que les soucis rencontrés avec les lecteurs ne seraient pas pires que ceux rencontrés avec les collègues… Et il semble que j’aie eu raison, au moins pour l’instant ! ^^

Package liseuse

Les liseuses sont prêtées dans un petit sac, ce qui permet un prêt complet et plus simple pour tout le monde (usagers et collègues). Dans le petit sachet, on trouve donc la liseuse dans son étui, un câble, un tutoriel d’utilisation, la liste des titres enregistrés sur la machine ainsi qu’un petit questionnaire qui nous permet de voir si l’offre correspond à l’attente des usagers. Toutefois, depuis le mois de septembre, les liseuses sont prêtées sans câble… Plusieurs machines sont en effet revenues avec des petits soucis : déconnexion de l’identifiant Adobe pour la lecture des DRM ou « traces » de connexion à un mac qui semblaient perturber le bon fonctionnement de la machine. Les liseuses n’étant prêtées que pour 3 semaines, la batterie est censée tenir le choc.

J’intercepte les machines entre chaque prêt. Elles ont droit à une petite révision : vérification que tout fonctionne correctement, niveau de charge de la batterie. Elles ont aussi droit à un nettoyage des fichiers temporaires. Quand on ouvre un livre, la liseuse garde en mémoire la dernière page consultée, ce qui permet au lecteur de revenir automatiquement sur la dernière page lue quand il ré-ouvre le bouquin. Le problème, c’est que le lecteur qui passe après lui n’a pas a « subir » ça. Le nouvel emprunteur doit arriver sur la première page de n’importe quel livre. Je nettoie donc systématiquement ces petits fichiers, ce qui me prend environ 5 secondes (ce « nettoyage » fera très prochainement l’objet d’un mail) [MAJ du 08/11/12 : Un peu de ménage sur les liseuses]. La liseuse peut ensuite repartir dans le circuit de prêt, l’usager emprunte alors une liseuse vierge de toute manipulation.

Les petits plus :

« »