Articles avec le tag : Albigeois


Au printemps 2011, la création d’un groupe de travail interprofessionnel sur le livre numérique et coordonné par le Centre régional des lettres Midi-Pyrénées (CRL-MP) a créé les conditions favorables aux échanges d’expertises entre les différents professionnels du livre.

Dans ce contexte, un groupe informel, composé de bibliothèques publiques, a réfléchi aux moyens de mettre à disposition des usagers de ces établissements des ressources numériques sur supports mobiles (tablettes, liseuses). Composé du réseau des médiathèques de l’Albigeois, de la médiathèque intercommunale de Tarn & Dadou, de la Médiathèque départementale de Tarn et Garonne & son réseau et, dans un premier temps seulement de la BMVR de Toulouse, le groupe associé au Centre régional des lettres Midi-Pyrénées a répondu à l’appel à projets lancé, en 2011, par le ministère de la Culture et de la Communication pour le développement de services innovants dans les bibliothèques territoriales françaises.

Le dossier de demande a été retenu et s’est vu attribuer une subvention de 15000 euros consacrée en partie à l’acquisition des ressources. Par ailleurs la Direction régionale des affaires culturelles a complété cette aide en permettant aux établissements partenaires d’acheter leur parc de liseuses et tablettes, à hauteur de 75% des sommes engagées.

L’expérimentation « Tab en Bib » a débuté le 02 juin 2012 dans les médiathèques de l’Albigeois.

Télécharger l’intégralité du bilan « Tab en Bib » dans les médiathèques de l’Albigeois

Les nouvelles liseuses et les titres de Publie.netTabenBib a un an en Albigeois !! Les tablettes et les liseuses ont été proposées à nos public le samedi 2 juin 2012 (sous un soleil de plomb, soit dit en passant, ce qui est loin d’être le cas cette année…). Le bébé a trouvé sa place au sein des médiathèques, il fait désormais partie intégrante des services, il a gagné sa légitimé. Et pour la petite histoire, il a même pas mal grandi…

Les liseuses ont eu un succès immédiat ; les tablettes ont mis un peu plus de temps à trouver leur place. Au départ, nous proposions 24 liseuses chargées de titres récents (avec ou sans DRM) achetés chez ePagine par l’intermédiaire de la librairie Ombres Blanches de Toulouse. Nous avons acheté des titres en mai, juste avant le lancement public ; nous en avons acheté d’autres en octobre à l’occasion de la rentrée littéraire 2012. Suite à cette deuxième vague d’achats, chaque liseuse s’est donc retrouvée chargée de 34 à 38 titres.

[...] #100bibs50epubs… 26 liseuses supplémentaires… 60 nouveaux titres numériques…

Bilan d’étape pour les médiathèques de l’Albigeois. Date de lancement de l’expérimentation : 02 juin 2012.

  • 1. Le prêt des liseuses :
    • 1.1. Le parc de machines, les conditions de prêt et le « package »
    • 1.2. Les emprunteurs : qui emprunte, pourquoi, et à quelle fréquence ?
    • 1.3. L’accompagnement et les aspects techniques
    • 1.4. Évolutions à venir / Améliorations à prévoir
  • 2. La consultation des tablettes
    • 2.1. Le parc de machines et les conditions de prêt
    • 2.2. Les emprunteurs : qui emprunte ? Pourquoi ? À quelle fréquence ?
    • 2.3. L’accompagnement et les aspects techniques
    • 2.4. Évolutions à venir / Améliorations à prévoir
  • 3. Pour terminer…

e-book - typo

Les liseuses sont à la disposition des usagers des médiathèques de l’Albigeois depuis le 02 juin, et disons-le clairement : elles ont un succès fou ! Elles sont systématiquement empruntées, ce qui implique que nos braves lecteurs doivent obligatoirement passer par la case « Réservation » pour avoir le bonheur infini d’en approcher une ! Et nous nous sommes aperçus que, contrairement à ce que nous avions – naïvement, peut-être – imaginé au départ, les usagers réservent une liseuse en fonction de son contenu et non en fonction du modèle de la machine… Le contenant devient donc moins important que le contenu, ce qui est une fort belle nouvelle !

Mais revenons un peu aux contenus des liseuses : nous avons fait le choix de ne proposer quasiment que des titres récents, tout en étant conscients qu’il allait falloir gérer des DRM…

iPad - Supression des cookies Une chose est certaine : il ne faut pas être un(e) maniaque de la propreté si on veut gérer sereinement un parc de tablettes. Les écrans tactiles sont vraiment très salissants…

Les tablettes – 3 iPad et 3 Galaxy Tab – sont en consultation sur place (mais le prêt est quand même enregistré sur la carte adhérent). Elles ne sont pas attachées, ce qui permet à chacun de s’installer où bon lui semble dans la structure. Les usagers ont accès à des applications ; ils peuvent également se connecter à Internet. Ce sont ces connexions à Internet qui nécessitent quelques petites manipulations au quotidien : suppression des cookies et autres traces de connexion.

C’est bien connu, le bibliothécaire a deux caractéristiques bien définies : il aime les livres (les sentir, les toucher… une histoire presque érotique, en somme) ; il n’aime pas les lecteurs/usagers. Point. C’est certainement un peu caricatural, mais pas très éloigné de la vérité…

Revenons sur le premier point (le second ne sera pas développé dans ce billet…) : le/la bibliothécaire aime les livres. Oui, mais les livres « papier »… Comprenez : « le livre en tant qu’objet ». Alors quand on évoque la possibilité de lire autrement, sur une liseuse par exemple, on provoque des accès de panique aigüe. « Ce n’est pas possible !! Il n’y aura plus l’odeur du papier, il n’y aura plus ce rapport charnel avec le livre…! Et puis le numérique va tuer le papier !! Et puis ce n’est pas le rôle d’une bibliothèque de proposer ce genre d’outils technologiques ! »

Bien. J’imagine que les réactions sont à peu près partout les mêmes.

Cette petite introduction pour vous dire que, lorsqu’il a été question de mettre des tablettes et des liseuses à la disposition des lecteurs, il a fallu imaginer un vrai plan de médiation à destination des collègues. Certains étaient réellement emballés par le projet, même s’ils ne se sentaient pas à l’aise avec ces nouveaux supports ; d’autres, en revanche, étaient absolument réfractaires à cette idée.

Fièrement propulsé par WordPress et le CRL Midi-Pyrénées.